Palmarès 2012

de gauche à droite: Julie Meylan, Camille Cretegny, Laura Jost avec Stéphanie Faure
de gauche à droite: Julie Meylan, Camille Cretegny, Laura Jost avec Stéphanie Faure

 

Julie MEYLAN : Utrecht

Elle passe le dernier semestre de son master, au printemps 2013, à l’université d’Utrecht, Pays-Bas.

… j’effectue, comme prévu, un semestre d’études très enrichissant. En effet, je rencontre beaucoup de gens, surtout des étudiants internationaux venant de tous pays (énormément d’Italiens, à vrai dire, ce qui me contraint à pratiquer presque plus mon italien que mon anglais.) Je découvre également une nouvelle culture et un nouveau pays. Le beau temps n’est toutefois pas au rendez-vous, à mon grand désespoir… Heureusement, la bonne humeur et la positivité des personnes que je côtoie y remédient. Par ailleurs, j’essaie tant bien que mal d’apprendre le néerlandais, mais je dois reconnaître que je peine encore à m’exprimer.
Quant aux cours de droit, ils sont enseignés avec une méthode qui m’est encore étrangère et à laquelle j’ai un peu de mal à m’habituer. Cette expérience est toutefois intéressante et j’en profite pour perfectionner mon anglais juridique…
Mai 2013

 

Camille CRETEGNY: Melbourne

Elle passe le dernier semestre de son master, au printemps 2013, à l’université de Melbourne, Australie

… Je souhaite vous remercier du fond du coeur pour l’octroi de ce prix dont la dimension émotionnelle me touche beaucoup. La création de ce prix en hommage à votre fille Atlanta est profondément généreuse et nous apporte, à nous les lauréats, une aide précieuse pour notre séjour mobilité.
Je dois avouer qu’en recevant le courrier m’indiquant que j’étais l’heureuse lauréate du prix Atlanta Faure 2012, je n’avais pas connaissance de l’existence de ce prix.  …”
Juillet 2012

 

Laura JOST: Berlin

Elle passe une année de son masters, année académique 2012-2013, à l’université Humboldt de Berlin

“… Je vous avoue que depuis que j’ai fait votre connaissance et appris l’histoire du prix que vous m’avez décerné, je pense souvent à Atlanta.
Lorsqu’il m’arrive d’éprouver des doutes ou des incertitudes au sujet de mon année à venir à l’étranger, je me remémore les multiples voyages qu’avait effectués Atlanta avant même d’avoir mon âge. …”
Juin 2012